Exposé sur l’activité de l’EEAP de 2018 à 2019

L’intervention de Madame Bouaziz, directrice, relative à l’activité de l’EEAP est résumée dans cet article

Lors de l’assemblée générale du 4 juin 2019, Madame Bouaziz, directrice de l’EEAP, présente l’activité de l’EEAP pendant la période 2018-2019.

Pour retrouver l’intégralité du procès verbal de cette assemblée générale, rendez-vous : Procès Verbal de l’Assemblée Générale du 4 juin 2019.

Le texte de Madame Bouaziz est résumé ci-dessous :

Prise de fonction le 01/01/2019

Durant les deux premiers mois, Madame Bouaziz a assuré un temps partagé entre l’IME Léonce Malécot pour assurer la fonction de Chef de service et l’EEAP pour la prise de fonction de directrice. Depuis le 11 mars, Madame Bouaziz occupe son poste pleinement.

L’équipe

Une neuropédiatre a été recrutée et viendra à l’établissement un vendredi par mois.
Une convention avec l’hôpital de Garches permet la venue une fois par trimestre d’une praticienne en médecine physique et réadaptation fonctionnelle.
Le temps scolaire de l’enseignante est augmenté ; dès la rentrée de septembre, il passe à un temps plein.

Partenariat avec le FAM

Une première rencontre avec le FAM « la Maison en Plus » a permis des échanges entre les directions, une visite des établissements, des échanges sur les pratiques, etc. : l’orthophoniste de l’EEAP est intervenue au FAM ; Mme Vendrin et la psychiatre du FAM ont visité l’EEAP.

Il est prévu que les jeunes de l’EEAP puissent profiter des espaces extérieurs du FAM (balançoires, jardin) ; des projets sont à construire …

Madame Bouaziz souhaite visiter d’autres FAM et MAS afin de se faire connaitre et faciliter peut-être les orientations pour les jeunes de 20 ans et plus.

Participation aux travaux de l’Agence Régionale de Santé (ARS) sur le polyhandicap

Dans le cadre de la stratégie quinquennale d’évolution de l’offre médico-sociale, pour la première fois, un volet est spécifiquement dédié au polyhandicap existe. Les travaux sont en cours, ils ont été initiés en 2018. En mars 2019, l’établissement a participé à la réunion sur le polyhandicap à l’ARS 92 dont les objectifs étaient :

  • Etablir un diagnostic territorial partagé des besoins. Sans surprise, un manque de places en secteur jeunes et adultes a été identifié
  • Définir une phase de concertation territoriale qui doit débuter d’ici l’été
  • Mettre en place des groupes de travail en lien avec les fiches actions retenues = donner des pistes d’action concrètes et des exemples de ce qui pourrait être fait.

La formation

Une formation collective au sein de l’EEAP sur la « Pratique de la stimulation basale » s’est déroulée. Cette approche destinée aux personnes polyhandicapées a été développée par Andréas Frôhlich, psycho-pédagogue Suisse-Allemande dans les années 70. Cette approche s’étend maintenant aux personnes avec autisme et depuis peu aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

L’objectif est de donner aux personnes handicapées la possibilité d’interagir avec leur environnement et leur entourage et de favoriser ainsi leur épanouissement et bien-être personnel.

Le corps est utilisé comme vecteur de communication, d’expériences et de perception. Trois sens sont particulièrement sollicités :

  • Le somatique : sensations qui passent par la peau, le toucher.
  • Le vibratoire : sensations qui passent par les os.
  • Le vestibulaire : sensations liées au mouvement.

C’est grâce à une observation fine au quotidien que les professionnels peuvent connaitre les besoins, les ressources et les compétences des personnes et adapter, pour chacune d’entre elles, les propositions de stimulation basale.

Un profil sensoriel individuel est élaboré qui permet aux professionnels d’ajuster leurs interventions au quotidien que ce soit pour le réveil, la douche, l’habillage, les repas, lors des changements de position et installation dans un fauteuil, au lit ou au sol, dans des ateliers sensoriels, de musique, de lecture d’histoires … d’entrer en communication et en relation avec la personne, l’aider à mieux se situer, se structurer et s’orienter. L’idée est de répéter au quotidien les sensations liées à la stimulation basale, que les personnes ne peuvent éprouver seules du fait de leur handicap, participant ainsi à la construction de la personne et réduisant considérablement les angoisses profondes.

L’approche basale est un véritable travail d’harmonisation, de partage et d’échange entre les professionnels pour entendre le bien-être, la détente, le confort et le goût de la vie de chaque personne.


Rédigé le 4/10/2020


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.